Aspects neuro-psycho-biologiques de la relaxation par Dr Uwe H. Ross

Voici la traduction de cet article fort intéressant : https://www.karger.com/Article/Pdf/284116

La relaxation : aspects neuropsychobiologiques d’une problématique négligée

Dr. med. Uwe H. Ross
Praxis für Otorhinolaryngologie und Psychotherapie, Freiburg i.Br., Deutschland

Mots clés : réponse de relaxation – interoception – autorégulation – méditation – hypnose.

Résumé

Contexte : L’augmentation des maladies dans lesquelles le stress est reconnu comme un cofacteur peut être considérée comme la conséquence d’un déséquilibre dans le rythme tension-relaxation des sociétés occidentales orientées vers le service et l’information : acouphènes gênants, insomnie, burn-out, troubles anxieux et dépression. Malgré l’utilisation répandue des techniques de relaxation dans la gestion et la thérapie du stress, la compréhension générale des mécanismes spécifiques des effets, des dimensions de l’expérience et de l’utilisation spécifique de la relaxation est incomplète.
Objectif : Stimulation d’une compréhension plus profonde de la « relaxation » sur une base neuro- et psychobiologique. Élucidation des dimensions de l’expérience et du rôle de la relaxation concernant l’autorégulation favorable à la santé.

Méthodes : Récapitulation de la recherche sur la relaxation en mettant l’accent sur les résultats neurobiologiques de la réponse à la relaxation. Synopsis des méthodes de relaxation couramment utilisées ainsi que l’illustration de la relation entre l’intéroception et la relaxation sur le modèle du massage au bol sonore.

Résultats et conclusion : Contrairement à ce qui se passait autrefois, les phases de relaxation et de repos ne découlent pas automatiquement des rythmes d’activité quotidiens des sociétés modernes, mais doivent être volontairement et systématiquement mises en œuvre dans la vie quotidienne. Elles permettent non seulement de se détendre au sens somatique strict, c’est-à-dire de réduire l’activité sympathique, mais aussi de favoriser le bien-être, l’activation des ressources, la réflexion et la réalisation de soi, les processus créatifs et génératifs, la gestion naturelle de soi jusqu’à la croissance spirituelle en passant par la réduction des stimuli, le calme intérieur et la reconnaissance croissante de soi. En ce qui concerne le large spectre d’expériences vécues pendant la relaxation, des objectifs spécifiques de relaxation peuvent être définis individuellement et atteints par plusieurs méthodes appropriées. En outre, les techniques de relaxation sont utiles pour améliorer la reconnaissance, la conscience et l’intéroception du corps, qui constituent la base d’une autorégulation optimale.

Entraînement autogène (AT)Autosuggestion, autorelaxation concentrative, développée par le neurologue J.H. Schultz (1884-1970) dans les années 1930 à partir de recherches sur l’hypnose. Le praticien se concentre sur des formules répétées de sensations corporelles telles que « Mon bras droit est lourd » ou « Mon cœur bat calmement et régulièrement ». Jacobson (1885-1976) sur la base d’observations expérimentales-psychophysiologiques (interaction étroite des processus psycho-mentaux et neuro-musculaires), qui vise un réajustement végétatif de l’organisme par une tension et un relâchement séquentiels et systématiques des muscles volontaires du corps.
BiofeedbackMéthode développée par des psychologues au début des années 1970 sur la base de la théorie de l’apprentissage, qui repose sur l’amplification de processus physiologiques normalement imperceptibles (par exemple le rythme cardiaque, la pression sanguine, la température, les potentiels d’action des muscles, les ondes cérébrales, la sécrétion de sueur) et le retour d’information sous forme de signaux perceptibles (acoustiques, optiques). Le feedback des biosignaux permet leur modification volontaire par le sujet via « l’apprentissage par le succès » (conditionnement opérant).
Méthodes imaginativesMéthode utilisée depuis le début du 20e siècle qui repose sur la génération volontaire d’images mentales contenant des qualités sensorielles ou émotionnelles, utilisant la capacité de visualisation et l’imagination pour induire des états de relaxation. Procédure d’hypnose (dont l’origine remonte à l’Antiquité) visant à induire un état modifié de conscience (transe) par le biais du processus interactionnel de focalisation systématique de l’attention (thérapeutiquement, généralement par la communication verbale). La transe désigne un état naturel de conscience caractérisé par des processus automatiques involontaires (y compris des contractions musculaires spontanées et une expérience intérieure imagée et vivante) et généralement accompagné d’une relaxation.
MéditationTerme collectif désignant diverses pratiques spirituelles issues des traditions religieuses chrétiennes, islamiques, juives et extrême-orientales visant à atteindre un calme profond, à élargir la conscience et à favoriser la croissance spirituelle. Le principe commun est la régulation intentionnelle de l’attention par une focalisation systématique de l’attention sur des aspects partiels de l’expérience intérieure ou extérieure. Une distinction est faite entre les formes actives et passives, réceptives et concentrées. Depuis les années 1970, grâce aux travaux de Jon Kabat-Zinn, les pratiques (passives) de méditation de pleine conscience (Vipassana/Zazen) en particulier ont trouvé leur place dans des contextes thérapeutiques (réduction du stress basée sur la pleine conscience (MBSR), thérapie comportementale).
Massage sonoreUtilisation des sons par l’application d’instruments riches en harmoniques (notamment bols chantants, monocorde, gongs) sur ou près de la surface du corps avec stimulation des systèmes auditif et somato-sensoriel pour créer une transe sonore. L’utilisation des bols chantants remonte probablement aux cérémonies de guérison et aux rituels de transe du chamanisme bön du Tibet et s’est répandue en Occident à la fin des années 1950.
Tableau 1 : Synopsis des méthodes de relaxation courantes (sélection)
Application des techniques de relaxation

En raison des effets psychophysiologiques non spécifiques en matière de réduction efficace du stress, l’éventail des applications des techniques de relaxation en tant que mesure supplémentaire dont l’efficacité a été démontrée dans le traitement de nombreux troubles psychologiques et physiques liés au stress est large [3-6]. Les indications comprennent :

  • Troubles mentaux : Troubles liés au stress (par exemple, syndrome de fatigue), troubles de l’anxiété, du stress et de l’adaptation, troubles dépressifs légers à modérés, troubles somatoformes, troubles du sommeil, dysfonctionnement sexuel, troubles de la voix et de la parole.
  • Maladies physiques : Hypertension, maladies coronariennes, troubles circulatoires périphériques, asthme bronchique, troubles gastro-intestinaux, douleurs aiguës et chroniques, migraines et céphalées de type tension, troubles du sommeil et dysfonctionnement sexuel.

Contre-indications
Les troubles mentaux suivants, dont certains sont associés à une référence incertaine à la réalité ou à une fuite de la réalité, sont à considérer comme des contre-indications : troubles psychotiques, épisodes dépressifs sévères, troubles obsessionnels compulsifs, troubles dissociatifs, syndrome de dépersonnalisation/déréalisation, peur de la perte de contrôle, états confusionnels, fortes tendances symbiotiques, troubles hypocondriaques, troubles motivationnels et attentes irréalistes [3, 7, 8]. Parmi les troubles physiques, les contre-indications suivantes doivent être mentionnées : Les spasmes vasculaires (par exemple, en cas d’atteinte cérébrale), la symptomatologie déclenchée par le parasympathisme (par exemple, bronchospasme, arythmies cardiaques bradycardes) et les troubles inflammatoires musculaires, articulaires et rachidiens [3, 7].

Effets secondaires
Il ne faut pas oublier que les sensations corporelles perçues pendant la relaxation sont généralement, mais pas toujours, agréables : Les vertiges, les maux de tête, les tensions musculaires et les modifications du schéma corporel, par exemple, sont connus comme des phénomènes dits paradoxaux ou des épisodes de décharge autogène spontanée [3]. Des réactions de peur peuvent également se produire pendant l’induction de la relaxation : L’anxiété dite « induite par la relaxation » (augmentation paradoxale de l’anxiété [9]) se produirait dans 31% des cas pendant la relaxation musculaire progressive (RMP) et dans environ 54% pendant la méditation. Les craintes de perdre le contrôle ou de se laisser aller, d’inactivité et d’agitation générale sont considérées comme des facteurs favorables. Afin de minimiser les effets secondaires, la méthode de relaxation utilisée doit être adaptée au style de traitement individuel du praticien et, si nécessaire, modifiée ou complétée en conséquence [10].

Réponse anticipée au stress : l’activation initiale avant la relaxation Une explication de l’anxiété induite par la relaxation mentionnée ci-dessus est fournie par l’excitation initiale avant la relaxation proprement dite qui peut être observée dans diverses pratiques de réduction du stress : la réponse anticipée au stress (RAS) [11]. Elle peut être considérée comme une réponse pro-active d’orientation et d’adaptation avec évaluation de la situation avant une nouvelle expérience (par exemple la relaxation), qui se caractérise par une légère activation sympathicotonique initiale avec libération de norépinéphrine (= noradrénaline), vasoconstriction et augmentation de l’éveil comme protection de l’individu contre l’inconnu [12]. Dans des circonstances appropriées, la réponse anticipée au stress prend fin par la libération du neurotransmetteur oxyde nitrique et la réponse de relaxation est initiée [11]. La réponse paradoxale de peur induite par la relaxation peut donc être comprise comme le résultat d’une situation perçue comme menaçante avec persistance de la réponse de stress anticipatoire (Fig. 1).

Définition : Qu’est-ce que la relaxation ?

Dans le langage courant, le terme « relaxation » désigne un état agréable caractérisé par la détente des muscles, l’équilibre des pensées et des sentiments et le contentement. Vaitl [3] définit la relaxation comme un « processus psychophysiologique spécifique qui se déplace le long d’un continuum allant de l’état activé au pôle d’une valeur basale notionnelle et qui est caractérisé par des sentiments de bien-être, de calme et de relaxation ». La relaxation n’est pas un état particulier, mais plutôt un modèle de réaction naturel, biologiquement déterminé, qui est en principe accessible à tout être humain [3]. En contrepartie des processus d’alarme et de réaction au stress, déterminés également par la psychophysiologie (« fight-or-flight » selon Cannon [13] et « adaptation au stress » selon Selye [14]), la relaxation sert à protéger l’organisme contre les contraintes excessives et les processus pathologiques liés au stress [6, 7, 15].

Fig. 1 Réponse anticipée au stress (RAS, d’après Stefano et al. [11]) : augmentation initiale de l’excitation due à une légère activation sympathicotonique, avant que la relaxation médiée par l’oxyde nitrique (NO) ne se produise dans des circonstances appropriées et sûres (—). Si la situation est vécue comme menaçante, une réaction de stress se produit (—).

La réponse de relaxation – base commune des méthodes de relaxation

Aussi différentes que soient les méthodes individuelles pour induire la relaxation (tableau 1), elles produisent toutes une réponse de relaxation – un terme inventé par l’interniste Herbert Benson aux Etats-Unis en 1974. Dans les pays germanophones, les termes « Entspan-nungsreaktion » et « Entspannungsantwort » sont utilisés alternativement. Cette réaction ou réponse, qui est le résultat de toute forme de relaxation induite, comprend des changements physiologiques qui sont causés par une diminution du niveau d’activation sympathicotonique [16-18], et non par une augmentation de l’activité parasympathicotonique, comme on le suppose souvent. La pratique répétée des méthodes de relaxation entraîne généralement une réponse de relaxation conditionnée, c’est-à-dire une occurrence de cette réponse déjà en réponse à un stimulus conditionné (par exemple, concentration de la respiration, posture corporelle, auto-instruction, image imaginée). De cette manière, les changements psychophysiologiques caractéristiques associés à la réaction de relaxation peuvent être provoqués très rapidement et délibérément.

Mécanismes moléculaires de la réponse de relaxation

L’oxyde nitrique (NO) joue un rôle clé dans les processus de relaxation, notamment parce qu’il a la capacité de bloquer les réponses sympathiques [19], et parce que la concentration expiratoire relative de NO est augmentée après un entraînement à la relaxation [20]. Le NO, un radical libre d’électrons non appariés avec une demi-vie exceptionnellement longue de 2-30 s [21, 22], est un messager diffusible transmembranaire impliqué dans de nombreux processus intra- et extracellulaires, tels que la relaxation des cellules musculaires lisses [23], la neurotransmission [24] et la fonction immunitaire [25]. Il a des fonctions de signalisation dans les fibres musculaires lisses et squelettiques, les neurones du système nerveux central et périphérique, les macrophages et les cellules endocrines, entre autres [revue dans 21, 26]. Les travaux pionniers menés au début des années 1980 sur l’effet vasodilatateur du NO, qui est libéré par les nitrates organiques utilisés comme nitrovasodilatateurs (par exemple, le biddinitrate d’isosor) dans les troubles pectanginaux, ont été reconnus en 1998 par l’attribution du prix Nobel de médecine à Furchgott, Ignarro et Murad. La molécule cible de la voie de signalisation du NO dans les cellules musculaires lisses est la guanylate cyclase soluble (sGC) [23], par laquelle elle stimule la synthèse du GMPc (guanosine monophosphate cyclique). Une augmentation de la GMPc (« second messager ») active la protéine kinase G, qui provoque l’endormissement des cellules musculaires par le biais de modifications des canaux ioniques avec déplétion intracellulaire du Ca2+ et du K+ et phos-phorylation de la chaîne légère de la myosine [26, 27]. Le NO est généré à partir de la L-arginine par des NO synthases (NOS), dont les isoformes suivantes sont connues [21, 26] : 1. la NOS inductible (iNOS), principalement dans les macrophages, par laquelle le NO fonctionne dans le cadre de la défense immunitaire non spécifique contre les bactéries, les champignons et les parasites ; 2. la NOS endothéliale (eNOS) dans les cellules endothéliales vasculaires, d’où le NO diffuse dans les cellules musculaires ; 3. la NOS neuronale (nNOS) dans les neurones du SNC, les nerfs intestinaux périphériques et la médullaire surrénale. Ces deux dernières sont des NOS constitutives (cNOS en abrégé) [15, 28, 29]. Dans le SNC, le NO formé par la nNOS agit comme un neurotransmetteur ou un modulateur non synaptique dans la régulation des systèmes de signalisation du glutamate et des monoamines et inhibe la recapture de la dopamine, de la norépinéphrine et de la sérotonine dans les synapses centrales [28].

Stefano et al [15] supposent que, dans la phase initiale de relaxation, le RAS de courte durée médié par la norépinéphrine est immédiatement suivi d’une libération de NO par les nerfs nitrergiques ou par les cellules endothéliales vasculaires et les sources immunogènes, qui inhibe l’effet de la norépinéphrine au niveau du récepteur et provoque une vasodilatation dépendante de la concentration avec une sensation subjective de chaleur. En ce qui concerne les expériences de bien-être principalement hédonistes lors de l’exercice de diverses méthodes de relaxation, des liens fonctionnels avec les structures du système nerveux central de motivation et de récompense sont postulés au niveau neurophysiologique, comme ils sont connus pour d’autres activités joyeuses (par exemple, manger, faire l’amour). Le cortex orbito- et préfrontal, le tegmentum ventral dans le mésencéphale et le système limbique avec le cingulum, l’amygdale, l’insula antérieure, l’hippocampe et le noyau accumbens. Sur le plan neurochimique, outre le GABA (acide γ-aminobutyrique) et le glutamate, les monoamines dopamine et sérotonine ainsi que les voies de signalisation des opiacés (endorphines) dans le système mésolimbique et les voies de signalisation des endocannabinoïdes joueraient un rôle majeur dans ce processus [15, 30]. Les endorphines et les endocannabinoïdes entraînent à leur tour la libération de NO induite par la cNOS par les cellules immunitaires ainsi que par les tissus neurovasculaires (neurones, cellules gliales, endothélies vasculaires) dans le SNC et le tractus gastro-intestinal via les récepteurs correspondants (Fig. 2) [15, 29].

Physiologie de la réponse de relaxation

Les caractéristiques physiologiques de la réponse de relaxation sont présentées dans la figure 3. Certaines de ces caractéristiques sont expliquées ci-dessous : Système neuromusculaire : le relâchement musculaire résulte d’une diminution du nombre d’unités motrices actives ou de la fréquence de décharge des motoneurones concernés, comme le montre notamment une diminution de l’amplitude des signaux d’électromyographie (EMG). Outre la technique d’induction proprement dite, la position du corps elle-même a également une influence sur le tonus musculaire : En position couchée, par exemple, les signaux afférents et ascendants du système moteur de soutien sont réduits. L’absence d’afférences des tendons, des muscles et des articulations (proprioception) en position couchée réduit également les impulsions efférentes des zones motrices du tronc cérébral, ce qui entraîne une diminution du tonus des muscles des jambes et du tronc [3]. La privation sensorielle entraîne également une diminution du tonus musculaire en raison de l’absence d’impulsions stimulantes vers la formatio reticularis du tronc cérébral (contrôle de l’activité avec réponse d’éveil/réveil). Système cardiovasculaire : l’un des paramètres les plus fiables de la réponse à la relaxation est l’augmentation de la température de la peau causée par la vasodilatation périphérique, qui est corrélée à une sensation subjective de chaleur pendant la relaxation [31]. Ceci s’explique, d’une part, par une diminution de l’activité α- et β-adrénergique dans la relaxation et, d’autre part, par une augmentation de l’oxyde nitrique (NO), qui, entre autres, antagonise la norépinephrine au niveau du récepteur et conduit à la relaxation du muscle lisse vasculaire [15, 19, 23]. En revanche, la fréquence cardiaque n’est pas un bon indicateur des processus de relaxation : De nombreuses études ont montré que le training autogène (AT), le biofeedback ou la méditation ne permettaient pas de réduire la fréquence cardiaque de manière plus significative que l’arrêt du stress physique et émotionnel-cognitif seul [revue en 3]. Lazar et al [32] ont même constaté une augmentation de la fréquence cardiaque pendant la méditation, qui pourrait être causée par le RAS susmentionné.

Fig. 2. Mode d’action de l’oxyde nitrique (NO) et voies de signalisation moléculaires pendant la relaxation (adapté de Stefano et al [15, 29]).
Fig. 3 Caractéristiques physiologiques de la réaction de relaxation [3, 17, 20, 32, 37, 40, 42].

En revanche, une réduction de la pression artérielle, caractéristique de la réaction de relaxation [16], a été démontrée dans de nombreuses études, tant chez les normo-tendus que chez les hypertendus [33, 34 ; aperçu en 3]. Ceci est à nouveau dû à la réduction du tonus sympathique [12] via le NO induit par la cNOS, d’une part directement au niveau des récepteurs de la nor-épinéphrine des nerfs sympathiques [15, 19], d’autre part au niveau central dans le tronc cérébral [35]. Cependant, des réductions durables de la pression artérielle ne peuvent être obtenues qu’après plusieurs mois d’entraînement systématique à la relaxation [3]. Système respiratoire : la relaxation a un effet modérateur sur les paramètres respiratoires tels que la fréquence et le volume respiratoire. La phase inspiratoire est prolongée. La consommation d’oxygène et la libération de CO2 sont réduites pendant la relaxation [17, 32]. Les changements électriques cérébraux dans les états de relaxation pendant la méditation et l’hypnose vont vers des augmentations des ondes α- et θ de basse fréquence de 8-9 Hz et 5-7 Hz, respectivement [36-38 ; revu dans 39]. Cependant, l’activité α augmente déjà lorsque les yeux sont fermés et est une caractéristique commune à toutes les procédures de relaxation, tandis que l’activité θ spontanée est un signe d’inhibition corticale et de somnolence et se produit également à l’état d’éveil pendant la focalisation sélective de l’attention (par exemple, la méditation, l’hypnose) [3]. Des changements métaboliques ont été rapportés en ce qui concerne la glycémie, à la fois une augmentation pendant l’AT [3] et une diminution après la méditation [40] ; en outre, une réduction des niveaux de cholestérol sérique [40], de cortisol salivaire et plasmatique [41-43], d’épinéphrine et de nor-épinéphrine [37, 42]. La concentration relative de NO expiratoire augmente après un entraînement à la relaxation [20]. Enfin, pendant la relaxation, les propriétés électrodermiques changent également dans le sens d’une augmentation de la résistance de la peau ou d’une diminution de la conductivité de la peau en raison de la réduction de l’activité des glandes sudoripares [37, 44].

Modifications à court et à long terme du SNC

L’utilisation de techniques de relaxation réduit non seulement l’excitation sympatho-adrénergique, mais modifie également les activités et les structures du SNC : l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) a été utilisée pour identifier les structures cérébrales qui présentaient une activité accrue pendant la réponse de relaxation et la méditation : le cortex préfrontal dorsolatéral (attention consciente et processus de pensée), le cortex cingulaire antérieur (vigilance, processus d’attention), l’amygdale (émotions), l’hippocampe (mémoire), l’hypothalamus et le mésencéphale (contrôle autonome) [32]. Les activités du cortex préfrontal dorsolatéral et du cingulaire antérieur ont également montré des corrélations positives avec l’expérience de la méditation en IRMf [45]. En outre, les études d’IRMf fournissent des preuves que la méditation pratiquée régulièrement entraîne des changements structurels du SNC dans le sens d’un épaississement des régions corticales associées au traitement somatosensoriel, auditif et visuel, et surtout à l’interoception (insula antérieure). Les changements observés s’expliquent par une augmentation de l’arborisation par neurone, une augmentation de la glie ou une augmentation de la vascularisation régionale [46]. Des modifications corticales plastiques similaires, liées au comportement ou à la tâche, ont été décrites ailleurs pour le cortex somatosensoriel [47, 48]. Un autre effet de la méditation concerne l’activation asymétrique et bilatérale des hémisphères cérébraux selon le type et la technique de méditation (concentrative vs. observationnelle), à savoir une activation cérébrale préfrontale droite accentuée dans les processus de focalisation de l’attention à visée volontaire [49] et une activation plus gauche-antérieure des approches observationnelles-expérimentales, qui est associée à des affects et des états positifs et apparemment modulable par la formation MBSR (Mindfulness-based stress reduction) [50, 51]. Une vue d’ensemble complète des modifications du SNC – différenciées en fonction de la technique de méditation appliquée – peut être trouvée dans Cahn et Polich [39].

Dimensions psychologiques de la relaxation

Outre les aspects physiologiques de la réponse de relaxation mentionnés plus haut comme base, les différentes techniques de relaxation ont également des effets psycholo-giques différents [52]. Les caractéristiques psychologiques de la relaxation sont avant tout l’indifférence affective, la fraîcheur mentale, l’augmentation des seuils de perception (pour les stimuli externes) ainsi que l’augmentation de la pensée associative [3, 7]. En outre, la méditation répétée à court ou à long terme améliore la concentration, les réactions au stress mental et le comportement d’apprentissage [43, 53-55]. Les preuves scientifiques de l’effet réducteur de la douleur de la relaxation basées sur des études comparables et contrôlées sont rares en raison de la mauvaise qualité des études [56]. Néanmoins, le PMR semble avoir un effet inhibiteur sur la nociception [57]. Les avantages de la méditation basée sur la pleine conscience dans le traitement de la douleur chronique [58] n’ont été confirmés que récemment par un essai contrôlé randomisé [59]. Un modèle reliant les mécanismes moléculaires de la réponse de relaxation décrite ci-dessus au traitement de la douleur a récemment été proposé pour expliquer les effets de la relaxation sur la douleur : La douleur déclenche généralement une réaction de stress avec activation de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien ainsi que du système sympatho-adrénalien médullaire, caractérisée notamment par une augmentation du cortisol et de la norépinéphrine. En outre, les catécholamines peuvent à leur tour activer les nocicepteurs. Par le biais des voies de signalisation moléculaires induites par la relaxation mentionnées ci-dessus (Fig. 2), la réponse sympathicotonique associée à la douleur est antagonisée, le NO, les endomorphines et la dopamine ayant une influence atténuante sur le traitement de la douleur au niveau périphérique et dans le SNC (système limbique), respectivement [60]. Dans les expériences sur les animaux, le NO entraîne une réduction d’amplitude réversible et dépendante de la concentration des potentiels d’action axonaux sommateurs [61]. Le NO pourrait donc aussi influencer directement la transmission axonale de la douleur.

Cible de stressTechnique de relaxation
RespirationExercices de respiration
MusclesLa relaxation musculaire progressive
PostureÉtirements, Hatha-Yoga
Conscience du corpsEntraînement autogène, hypnose, méditation
ÉmotionsMéthodes imaginatives, hypnose
AttentionMéditation, Pleine conscience
Tableau 2 : Indication différentielle de quelques méthodes de relaxation (basé sur Smith [64])

Le modèle cognitivo-comportemental de la relaxation décrit la relaxation comme un résultat réalisable d’actions cognitives et comportementales spécifiques [62-64]. Selon ce principe, les facteurs de base indispensables à toute relaxation sont les suivants :

  • Concentration (capacité à rester concentré sur des stimuli simples pendant une longue période),
  • Passivité (capacité à s’abstenir d’activités orientées vers un but et d’activités analytiques),
  • La réceptivité (capacité à tolérer et à accepter des expériences incertaines, inhabituelles ou paradoxales) [62].
Fig. 4. Catégories psychologiques (I.-IV.) et caractéristiques des états de relaxation (*caractéristiques postulées d’après Smith [64]).
Fig. 5. Objectifs de relaxation (d’après Smith [64]).

Dans une méta-analyse [64] portant sur plus de 6 000 sujets, Smith et ses collaborateurs ont élaboré (à la question :  » Que ressentez-vous lorsque vous vous détendez ? « ) quatre catégories d’expériences de relaxation avec différents états de relation qui caractérisent l’expérience de la relaxation (Fig. 4). Ces états de relaxation souhaitables sont d’une part utiles en tant que renforçateurs positifs (motivateurs) dans l’initiation et le maintien des pratiques de relaxation, et d’autre part peuvent être utilisés pour dériver des objectifs de relaxation adaptés individuellement (Fig. 5) et les atteindre avec des méthodes appropriées. De cette manière, des indications différentielles des différentes méthodes de relaxation peuvent être formulées en fonction de l’objectif initial de stress ou du point de départ (tableau 2). En plus d’un effet somatotrope de base, c’est-à-dire visant des changements physiques, les méthodes de relaxation courantes ont également un profil d’effet psychotrope, qui consiste en une restructuration cognitive [3]. Les différentes méthodes de relaxation ont tendance à se différencier dans ce profil d’effet (tableau 3).

Intéroception – importance pour la relaxation et l’autorégulation

Dans l’environnement de travail et de vie d’aujourd’hui, le développement qui a commencé avec l’avènement de l’imprimerie et des Lumières a atteint un pic temporaire avec un fort accent sur la communication audio-visuelle et donc sur la tête ou les sens éloignés au détriment de la perception corporelle comme sens proche [65]. Il n’est donc pas surprenant que les techniques de relaxation soient utilisées avec succès pour les troubles mentaux les plus courants de nos jours (anxiété, troubles somatoformes, dépression), non seulement pour réduire les stimuli, mais aussi pour améliorer la conscience du corps.

La relaxation amène le praticien à dialoguer avec son propre corps : Toutes les méthodes de relaxation énumérées dans les tableaux 1 et 3 comprennent comme élément de base une concentration de l’attention vers l’intérieur, qui est facilitée par les conditions de l’exercice (environnement calme, blocage des stimuli externes, instructions spéciales pour diriger l’attention). Il en résulte une meilleure conscience de soi et une meilleure perception des processus mentaux et surtout physiologiques. Lors des processus de relaxation, la perception du monde extérieur via les sens spécifiques (visuel, auditif, olfactif, gustatif, vestibulaire) et l’extéroception (perception sensorielle de la surface du corps) via les sens cutanés et la sensibilité dans le cadre de la perception somatosensorielle (soma-tosensibilité [66]) passent au second plan au profit de l’interoception, la perception des signaux provenant de l’intérieur du corps. On distingue la proprioception (sensibilité à la profondeur via les récepteurs du fuseau musculaire, des tendons, des articulations) et la viscéroception (perception des viscères) [67]. Il est intéressant de noter que, selon des études animales, seuls 5 % environ du total des afférences sont des afférences uniquement viscérales [68]. Ainsi, les viscères ne sont que faiblement innervés. De plus, la plupart de ces afférences sont « silencieuses », sauf en cas d’irritation de l’organe (par exemple, une inflammation) [3]. Cela explique, entre autres, la croyance commune selon laquelle « un corps sain est silencieux ». En fait, de nombreuses personnes, et en particulier les patients souffrant de troubles somatoformes, ne peuvent décrire positivement la façon dont elles ressentent leur corps lorsqu’il ne présente aucun symptôme (l’affirmation fréquemment entendue « bon » correspond à une évaluation, et non à une qualité perceptible de la perception). En termes de réduction des stimuli (concentration sur quelques signaux intéroceptifs), la viscéroception joue un rôle majeur dans les processus de relaxation. Outre la relaxation, l’objectif thérapeutique des troubles susmentionnés consiste également à (ré)accéder aux sensations, aux sentiments et aux expériences corporelles riches en ressources. Explicitement, la PMR et le biofeedback, entre autres, visent à améliorer la perception intéroceptive ; principalement dans l’idée que les bons percepteurs sont aussi de bons autorégulateurs. L’importance des sensations corporelles et des affects en tant que fournisseurs d’informations dans le sens d' »expériences concentrées » pour les processus de prise de décision a été illustrée de manière très impressionnante par le chercheur sur le cerveau Damasio [69, 70] avec le modèle du « marqueur somatique ». En effet, la viscéroception avec les capteurs de modifications mécaniques, thermiques, chimiques et métaboliques de l’organisme et les projections afférentes des systèmes cardio-vasculaire, pulmonaire et gastro-intestinal et du tractus génito-urinaire dans la moelle épinière, le tronc cérébral inférieur, le thalamus et le cortex somatosensoriel (Fig. 6) [67] – biologiquement, une condition importante pour l’adaptation dans la régulation de l’activation psychophysiologique et dans le contrôle comportemental pour maintenir une certaine homéostasie de l’environnement corporel [3]. Les résultats récents de la recherche sur l’interoception, qui n’a fait que croître ces dernières années, montrent que l’insula antérieure de l’hémisphère non dominant est un corrélat neuronal de la conscience de soi et du corps [71, 72]. Dans des études IRMf sur la perception du cœur, l’activité et le volume de la matière grise de l’insula antérieure ont même été corrélés avec la précision interoceptive et la conscience viscéroceptive des sujets [73]. Le cortex insulaire semble également être impliqué dans la régulation des réponses cardiovasculaires et sympathiques [74]. Pour une autorégulation optimale, cependant, seule une prise de conscience initiale des processus intéroceptifs est nécessaire. Au cours de l’entraînement à la relaxation, le conditionnement avec déclenchement automatique de la réponse de relaxation joue un rôle de plus en plus important, rendant inutile la perception consciente des signaux intéroceptifs pour la correction d’un état de relaxation changeant [3].

Fig. 6. Capteurs et afférences de la viscéroception (d’après Birbaumer et Schmidt [67]).

Excursus : Intéroception et relaxation sur le modèle du massage sonore

Le massage sonore (Tab. 1) à l’aide de bols chantants frappés sur le corps et riches en harmoniques (harmoniques = multiples entiers de la fréquence fondamentale) (Fig. 7) est actuellement largement utilisé dans les domaines du bien-être, de la thérapie et de la réhabilitation en raison de sa popularité comme méthode de relaxation passive. Dans la thérapie des troubles psychologiques et psychosomatiques (par exemple les acouphènes), le massage sonore peut être considéré comme une musicothérapie réceptive [75] ou comme un procédé hypnothérapeutique lié au corps [76]. L’avantage et l’inconvénient du massage au bol chantant est que, en tant que procédure réceptive, il ne nécessite pas la coopération active du patient, de sorte que la méthode ne peut pas être utilisée de manière indépendante pour l’auto-application. Néanmoins, la forme réceptive de l’application est soulageant, surtout au début en cas d’épuisement sévère, et présente un grand avantage pour motiver le patient à moyen et à long terme pour d’autres entraînements de relaxation auto-implémentés (tableau 3). Afin de contrer l’approche ésotérique trop souvent rencontrée, nous présentons ci-dessous une explication neurophysiologique du massage sonore qui, en l’absence d’études expérimentales, est déduite de l’état actuel de la recherche en intéroception. Cette approche explicative de type modèle semble probable dans la mesure où le mode de stimulation particulier du massage sonore s’adresse à des structures spéciales qui sont considérées comme des corrélats neuro-biologiques de la perception de soi.

Fig. 7 : Spectres de fréquences des bols et positions dans le massage aux bols chantants (technique de base selon Hess [75]).

Mode d’action d’un point de vue physiologique

Les vibrations des bols chantants frappés sur la surface du corps agissent d’une part sur le système auditif, puisque les spectres de fréquence des bols chantants (Fig. 7) se situent dans la gamme d’audition humaine (20-20 000 Hz). On peut supposer que la perception auditive des sons riches en harmoniques après transduction du son dans l’oreille moyenne et une stimulation tonotopique large des cellules ciliées de l’oreille interne conduit à l’activation correspondante du cortex auditif, de la mémoire sensorielle et échoïque (comparaison avec des expériences auditives antérieures) ainsi que des structures limbiques, avec une coloration émotionnelle le plus souvent subjectivement positive et des réactions végétatives correspondantes. D’autre part, les vibrations des bols en contact direct avec le corps exercent des stimuli sur les mécanorécepteurs de la peau (extéroception). Dès 1966, les études d’Ehrenberger et al [77] sur le sens vibratoire de la peau au moyen de potentiels évoqués somatosensoriels ont déterminé un spectre de fréquences de 0-400 Hz avec une meilleure fréquence de 200-300 Hz, ce qui a été confirmé par des données plus récentes (150-300 Hz) [67]. Ce spectre de fréquences est couvert par les bols chantants (Fig. 7). On peut supposer que les vibrations des bols chantants provoquent des vibrations dans la peau, qui représentent un stimulus adéquat pour les corpuscules de Pacini, les méca-niques sous-cutanés ou les capteurs de vibrations, puisqu’ils répondent aux vibrations dans la gamme de fréquences de 80-450 Hz (meilleure fréquence 300 Hz) [78, 79]. En outre, on peut supposer que les tissus mous sous-cutanés du corps, composés en moyenne d’environ 68% d’eau [80], sont également soumis à des vibrations, de sorte que les mécanorécepteurs des muscles et des intestins sont également stimulés. Les signaux générés ici suivent les voies spino-thala-mico-corticales : Les impulsions des afférences extéroceptives des stimuli cutanés, tactiles et vibratiles ainsi que des afférences interoceptives des stimuli vibratiles provenant des fuseaux musculaires et des viscères atteignent la corne postérieure via les fibres Aδ et C, où elles sont commutées vers le deuxième neurone, passent du côté opposé (tractus spinothalamicus lateralis, cordon antérieur) et continuent vers le tronc cérébral. Ici, les neurones du tractus spinothalamique se projettent vers des régions qui sont significativement impliquées dans l’intégration et la régulation homéostatique. À ce niveau, il existe également une forte interconnexion avec l’hypothalamus, le cortex cingulaire antérieur et l’amygdale [72]. Ces projections spinales et bulbaires hiérarchisées constituent le membre afférent du système nerveux autonome avec tous les réflexes, qui est substantiel pour la régulation végétative de l’état corporel (homéostasie). Depuis le tronc cérébral, les fibres se dirigent vers le thalamus, où la deuxième commutation a lieu dans le noyau ventromédial et dorsomédial. Après le passage au troisième neurone, les impulsions tactiles et vibratoires provenant respectivement de la peau et de l’intérieur du corps atteignent le cortex cingulaire antérieur, le cortex sensoriel primaire de l’extéroception (zone 3a), et l’insula antérieure non dominante, le cortex interoceptif, où sont représentés les signaux concernant l’état de l’intérieur du corps [72, 81-83]. L’insula antérieure est donc considérée comme un corrélat neurobiologique de la conscience de soi [72, 81-83]. Comme le montrent les résultats de l’imagerie fonctionnelle, l’insula antérieure en particulier est également la région activée par les stimuli vibratoires de 80-110 Hz [84-88]. Il est donc évident que cette structure est abordée de manière particulière lors du massage au bol chantant présenté ici.

Effets psychologiques

Contrairement à la tradition occidentale de la musique et de l’écoute, qui s’accompagne souvent de considérations rationnelles et analytiques, les sons riches en harmoniques, qui proviennent de l’aire culturelle orientale, permettent plutôt une absorption passive et un lâcher-prise et stimulent un large spectre d’associations, car ils sont comparativement ouverts ou neutres sur le plan sémantique et échappent ainsi à l’analyse et à l’évaluation rationnelles. Pour ces raisons, outre les bols chantants, d’autres instruments sonores riches en harmoniques (entre autres le monocorde, le gong) sont idéalement adaptés – d’un point de vue hypnothérapeutique – pour déclencher des processus de transe, c’est-à-dire des états de conscience dans lesquels les processus involontaires et autonomes sont au premier plan [76]. Les bols chantants, avec leurs multiples harmoniques, ont en fait un effet de relaxation profonde avec le déclenchement de phénomènes de transe typiques [89], tels que la concentration sensorielle ou perceptive, le changement de l’activité motrice volontaire et de l’expérience corporelle, le changement de l’expérience temporelle et la relaxation. La musicothérapie a montré que la stimulation vibrotactile et auditive simultanée provoque une réponse de relaxation plus forte que la stimulation auditive seule [90]. Les recherches sur le traitement intermodal montrent que la perception et la discrimination des stimuli vibrotactiles sont facilitées par la coactivation du cortex auditif par des sons de même fréquence [91-93], ce qui plaide en faveur d’un traitement intermodal bidirectionnel de la perception et de l’audition par le système nerveux central [94]. Il est donc logique que ces voies de traitement et ces effets jouent un rôle supplémentaire dans le massage au bol sonore. Le massage au bol sonore est également utile pour libérer les blocages neuromusculaires et soulager la douleur. Ces effets régulièrement observés peuvent s’expliquer – outre la modification de la perception de la douleur dans les états de relaxation – par la stimulation vibratoire spécifique à la méthode des corpuscules de Pacini, des propriocepteurs et des viscérocepteurs pendant le massage au bol chantant. Cela est confirmé par les résultats cliniques et expérimentaux montrant les effets des stimuli vibrotactiles (par exemple à 240 Hz) en termes de réduction de la douleur ou d’augmentation du seuil de la douleur [95-99]. Le soulagement de la douleur par la stimulation vibrotactile est donc un phénomène bien connu. Une interaction de l’activité afférente des axones sensoriels myélinisés avec les processus nociceptifs aux niveaux spinal, thalamique et cortical du SNC est considérée comme responsable de l’élévation à court terme et durable du seuil de la douleur [97, 100, 101], par exemple par une inhibition cortico-corticale des neurones de l’insula postérieure, traitant la douleur, par ceux de l’insula antérieure, interoceptive [86, 102]. En effet, les lésions cérébrales affectant l’insula postérieure, mais pas l’insula antérieure, entraînent une élévation du seuil de la douleur [103].

Le mode d’action du massage au bol chantant décrit ci-dessus est résumé dans la figure 8. Le massage sonore est considéré ici comme une procédure qui conduit à une réaction de relaxation via les voies de traitement des stimuli auditifs et somatosensoriels décrites.

Selon l’état actuel des connaissances issues de nombreuses études de neuro-imagerie, l’insula postérieure est considérée comme jouant un rôle central dans le traitement de la douleur, tandis que l’insula antérieure se voit attribuer des processus importants de traitement interoceptif des informations sur l’état corporel interne et d’autorégulation homéostatique physiologique [104]. Puisque l’interoception joue un rôle central dans les processus de relaxation, il n’est pas surprenant que les procédures de relaxation activent l’insula en plus du cortex cingulaire antérieur, comme Critchley et al [105] l’ont montré dans une étude IRMf pour la relaxation par bio-feedback. Les neurones de l’insula antérieure reçoivent également des entrées afférentes des muscles squelettiques [106] et peuvent être activés par des contractions musculaires [107]. L’activation du cortex insulaire peut donc également être supposée dans la PMR. L’hypnose peut également moduler l’activité corticale insulaire interoceptive en plus du cingulaire antérieur [108-110]. Étant donné les similitudes méthodologiques avec l’hypnose, cela peut également s’appliquer à l’AT. Ce n’est que récemment que le groupe de recherche de Niels Birbaumer [111] a montré que l’activité de l’in-sula antérieure peut même être entraînée volontairement au moyen d’une IRMf en temps réel en termes de neurofeedback. En résumé, on peut donc supposer que l’insula antérieure, en plus du cingulaire antérieur, peut être modulée en tant que corrélat neurobiologique de l’interoception [73, 104], de l’auto-perception [112] et de l’auto-réflexion [113] ainsi que de l’autorégulation [104, 111] par des procédures de relaxation dont l’élément de base est une augmentation de l’auto-attention. À cet égard, le massage sonore représente une particularité méthodologique, puisqu’il est fortement susceptible d’activer directement les voies de traitement interoceptives, périphériques et nerveuses centrales susmentionnées, par le biais d’une stimulation auditive et vibrotactile simultanée.

Fig. 8. Principe pratique d’action du massage au bol chantant.

Perspectives sur les capacités non utilisées : Influencer les processus autonomes

Comme le montre la recherche moderne sur le cerveau, les fonctions physiques et les processus mentaux qui étaient auparavant considérés comme purement autonomes permettent d’exercer une influence beaucoup plus importante que ce que l’on pense encore aujourd’hui. Il existe certaines conditions, comme la relaxation, dans lesquelles les « réserves cachées du système nerveux supérieur » [114] peuvent être libérées. Les techniques de relaxation offrent la possibilité de cultiver les dimensions expérientielles de la relaxation et d’influencer les processus autonomes involontaires plus que cela n’a été fait dans le passé. Au lieu de s’arrêter à ce que nous avons appris dans l’enfance sur le contrôle autonome, à savoir le contrôle du sphincter [3], la culture de la relaxation avec toutes les dimensions expérientielles permet le développement de l’influence autonome dans le sens de Siegel :  » L’esprit utilise le cerveau  » [115, 116]. Les derniers développements dans la recherche sur l’intéroception suggèrent que les procédures de relaxation pourront être utilisées à l’avenir de manière encore plus ciblée et spécifique en ce qui concerne le développement de l’intéroception et donc pour la régulation du cortex insulaire dans les troubles mentaux tels que la somatisation, l’anxiété et la dépression.

Conclusion pour la pratique

Les méthodes de relaxation communes, qui sont liées à une attention accrue à soi, conduisent, outre le changement des paramètres physiologiques dans le sens d’une réduction du tonus sympathique ou d’une hyperréactivité sympathicotonique associée au stress, à une intensification de l’intéroceptionet, avec une grande probabilité, outre le cingulum antérieur, à une activation de l’insula antérieure, qui est considérée comme un corrélat neurobiologique de l’intéroception, de l’auto-perception et de l’autorégulation. En raison de la caractéristique spécifique de la méthode par le biais de la stimulation auditive et vibrotactile, le massage au bol chantant semble convenir comme méthode de relaxation réceptive pour optimiser les capacités interoceptives en plus de la relaxation. Les techniques d’imagerie modernes fournissent des preuves que – par analogie avec la formation du système musculo-squelettique (par exemple, le développement des muscles par l’entraînement physique) – les changements dans le SNC peuvent être stimulés par des pratiques mentales régulières de relaxation et de concentration de l’attention, comme la méditation. Des études récentes en IRM montrent que le cortex insulaire, comme d’autres régions du SNC, peut être entraîné et maintenu à volonté.

Références bibliographiques

1 McEwen BS: Physiology and neurobiology of stress and adaptation: central role of the brain. Physiol Rev 2007;87:873–904.
2 Kohl F: Die progressive Muskelentspannung nach E. Jacobson – ein «natürliches Ent-spannungsverfahren». Ärzte Z Naturheilverf 2000;41:800–810.
3 Vaitl D, Petermann F: Handbuch der Entspan-nungsverfahren, Band 1: Grundlagen und Methoden, ed 2. Weinheim, Beltz, 2000.
4 Stetter F, Kupper S: Autogenic training: a meta-analysis of clinical outcome studies. Appl Psychophysiol Biofeedback 2002;27:45–98.
5 Astin JA, Shapiro SL, Eisenberg DM, Forys KL: Mind-body medicine: state of the science, implications for practice. J Am Board Fam Pract 2003;16:131–147.
6 Esch T, Fricchione GL, Stefano GB: The thera-peutic use of the relaxation response in stress-related diseases. Med Sci Monit 2003;9:RA23–34.
7 Derra C: Progressive Relaxation. Köln, DÄV, 2007.
8 Linden M: Entspannungstraining; in Linden M, Hautzinger M (Hrsg): Verhaltenstherapie-manual, ed 6. Heidelberg, Springer, 2008.
9 Heide FJ, Borkovec TD: Relaxation-induced anxiety: paradoxical anxiety enhancement due to relaxation training. J Consult Clin Psy-chol 1983;51:171–182.
10 Lazarus AA, Mayne TJ: Relaxation: some limitations, side effects, and proposed solu-tions. Psychotherapy 1990;27:261–266.
11 Stefano GB, Stefano JM, Esch T: Anticipator-stress response: a significant commonality in stress, relaxation, pleasure and love responses. Med Sci Monit 2008;14:RA17–21.
12 Hoffmann JW, Benson H, Arns PA, Stain-brook GL, Landsberg GL, Young JB, Gill A: Reduced sympathetic nervous system respon-sivity associated with the relaxation response. Science 1982;215:190–192.
13 Cannon WB: The emergency function of the adrenal medulla in pain and the major emo-tions. Am J Physiol 1914;33:356–372.
14 Selye H: Einführung in die Lehre vom Adap-tationssyndrom. Stuttgart, Thieme, 1953.
15 Stefano GB, Fricchione GL, Esch T: Relaxati-on: molecular and physiological significance. Med Sci Monit 2006;12:HY21–31.
16 Benson H, Beary JF, Carol MP: The relaxation response. Psychiatry 1974;37:37–46.
17 Beary JF, Benson H: A simple psychophysiolo-gic technique which elicits the hypometabolic changes of the relaxation response. Psycho-som Med 1974;36:115–120.
18 Shapiro S, Lehrer P: Psychological effects of autogenic training and progressive relaxation. Biofeedback Self Regul 1980;5:249–255.
19 Stefano GB, Murga J, Benson H, Zhu W: Nitric oxide inhibits norepinephrine stimulated con-traction of human internal thoracic artery and rat aorta. Pharmacol Res 2001;43:199–203.
20 Dusek JA, Chang BH, Zaki J, Lazar S, Deykin A, Stefano GB, Wohlhueter AL, Hibberd PL, Benson H: Association between oxygen consumption and nitric oxide production during relaxation response. Med Sci Monit 2006;12:CR1–10.
21 Lowenstein CJ, Dinerman JL, Snyder SH: Nitric oxide: a physiologic messenger. Ann Intern Med 1994;120:227–237.
22 Hakim TS, Sugimori K, Camporesi EM, Anderson G: Half-life of nitric oxide in aque-ous solutions with and without haemoglobin. Physiol Meas 1996;17:267–277.
23 Furchgott RF: Endothelium-derived relaxing factor: discovery, early studies, and identifica-tion as nitric oxide. Biosci Rep 1999;19:235–251.
24 Christopoulos A, El-Fakahany EE: The gene-ration of nitric oxide by G protein-coupled receptors. Life Sci 1999;64:1–5.
25 Nussler AK, Billiar TR: Inflammation, immu-noregulation, and inducible nitric oxide syn-thase. J Leukoc Biol 1993;54:171–178.
26 Bredt DS: Nitric oxide signaling specifi-city – the heart of the problem. J Cell Sci 2003;116:9–15.
27 Murad F: The Albert Lasker Medical Research Awards. Signal transduction using nitric oxide and cyclic guanosine monophosphate. JAMA 1996;276:1189–1192. 28 Kiss JP, Vizi ES: Nitric oxide: a novel link be-tween synaptic and nonsynaptic transmission. Trends Neurosci 2001;24:211–215. 29 Stefano GB, Esch T, Cadet P, Zhu W, Mantione K, Benson H: Endocannabinoids as autoregu-latory signaling molecules: coupling to nitric oxide and a possible association with the rela-xation response. Med Sci Monit 2003;9:RA83–95.
30 Esch T, Stefano GB: The neurobiology of pleasure, reward processes, addiction and their health implications. Neuro Endocrinol Lett 2004;25:235–251.
31 Freedman RR: Physiological mechanisms of temperature biofeedback. Biofeedback Self Regul 1991;16:95–115.
32 Lazar SW, Bush G, Gollub RL, Fricchione GL, Khalsa G, Benson H: Functional brain map-ping of the relaxation response and medita-tion. Neuroreport 2000;11:1581–1585.
33 Patel CH, North WRS: Randomized cont-rolled trial of yoga and biofeedback in man-agement of hypertension. Lancet 1975;2:93–99.
34 Peters RK, Benson H, Peters JM: Daily relax-ation response breaks in a working popula-tion: II. Effects on blood pressure. Am J Public Health 1977;67:954–959.
35 Kagiyama S, Tsuchihashi T, Abe I, Fujishima M: Enhanced depressor response to nitric oxide in the rostral ventrolateral medulla of spontaneously hypertensive rats. Hyperten-sion 1998;31:1030–1034.
36 Wallace RK, Benson H, Wilson AF: A wake-ful hypometabolic state. Am J Physiol 1971; 221:795–799.
37 Morse DR, Martin JS, Furst ML, Dubin LL: A physiological and subjective evaluation of meditation, hypnosis and relaxation. Psycho-som Med 1977;39:304–324.
38 Jacobs GD, Benson H: Topographic EEG mapping of the relaxation response. Biofeed-back Self Regul 1996;21:121–129.
39 Cahn BR, Polich J: Meditation states and traits: EEG, ERP, and neuroimaging studies. Psychol Bull 2006;132:180–211.
40 Paul-Labrador M, Polk D, Dwyer JH, Velasquez I, Nidich S, Rainforth M, Schneider R, Merz CN: Effects of a rando-mized controlled trial of transcendental meditation on components of the metabol-ic syndrome in subjects with coronary heart disease. Arch Intern Med 2006;166:1218–1224.
41 Jevening R: Adrenocortical activity during meditation. Horm Behav 1978;10:54–60.
42 Infante JR, Torres-Abisbal M, Pinel P, Vallejo JA, Peran F, Gonzalez F, Contreras P, Pacheco C, Roldan A, Latre JM: Catecholamine levels in practitioners of the transcendental medi-tation technique. Physiol Behav 2001;72:141–146.
43 Tang YY, Ma Y, Wang J, Fan Y, Feng S, Lu Q, Yu Q, Sui D, Rothbart MK, Fan M, Posner MI: Short-term meditation training improves attention and self-regulation. Proc Natl Acad Sci U S A 2007;104:17152–17156.
44 Brand W, Masters D: Electrodermal reactions to opposite types of autogenic training image-ry. Biol Psychol 1980;10:211–218.
45 Baron Short E, Kose S, Mu Q, Borckardt J, Newberg A, George MS, Kozel FA: Regional brain activation during meditation shows
RossSchweiz Z Ganzheitsmed 2010;22:100–113112time and practice effects: an exploratory fMRI study. Evid Based Complement Alternat Med 2007;1–7.
46 Lazar SW, Kerr CE, Wasserman RH, Gray JR, Greve DN, Treadway MT, McGarvey M, Quinn BT, Dusek JA, Benson H, Rauch SL, Moore CI, Fischl B: Meditation experience is associated with increased cortical thickness. Neuroreport 2005;16:1893–1897.
47 Elbert T, Pantev C, Wienbruch C, Rockstroh B, Taub E: Increased cortical representation of the fingers of the left hand in string players. Science 1995;270:305–307. 48 Braun C, Schweizer R, Elbert T, Birbaumer N, Taub E: Differential activation in the soma-tosensory cortex for different discrimination tasks. J Neurosci 2000;20:446–450. 49 Newberg AB, Iversen J: The neural basis of the complex mental task of meditation: neu-rotransmitter and neurochemical considera-tions. Med Hypotheses 2003;61:282–291. 50 Davidson RJ, Kabat-Zinn J, Schumacher J, Rosenkranz M, Muller D, Santorelli SF, Urba-nowski F, Harrington A, Bonus K, Sheridan JF: Alterations in brain and immune function produced by mindfulness meditation. Psycho-som Med 2003;65:564–570. 51 Farb NAS, Segal ZV, Mayberg H, Bean J, McKeon D, Fatima Z, Anderson AK: Atten-ding to the present: mindfulness meditation reveals distinct neural modes of self-refer-ence. SCAN 2007;2:313–322. 52 Lehrer PM, Woolfolk RL: Specific effects of stress management techniques; in Lehrer PM, Woolfolk RL (eds): Principles and Practices of Stress Management, ed 2. New York, Guilford Press, 1993, pp 481–520. 53 Carter OL, Presti DE, Callistemon C, Ungerer Y, Liu GB, Pettigrew JD: Meditation alters per-ceptual rivalry in Tibetian Buddhist monks. Curr Biol 2005;15:R412–R413.
54 Jha A, Krompinger J, Baime MJ: Mindfulness training modifies subsystems of attention. Cogn Affect Behav Neurosci 2007;7:109–119.
55 Gottselig JM, Hofer-Tinguely G, Borbély AA, Regel SJ, Landolt HP, Rétey JV, Achermann P: Sleep and rest facilitate auditory learning. Neurosci 2004;127:557–561.
56 Kwekkeboom KL, Gretarsdottir E: Systematic review of relaxation interventions for pain. J Nurs Scholarsh 2006;38:269–277.
57 Emery CF, France CR, Harris J, Norman G, Vanarsdalen C: Effects of progressive mus-cle relaxation on nociceptive flexion reflex threshold in healthy young adults: a random-ized trial. Pain 2008;138:375–379.
58 Kabat-Zinn J, Lipworth L, Burney R: The clin-ical use of mindfulness meditation for the self-regulation of chronic pain. J Behav Med 1985;8:163–190.
59 Morone NE, Greco CM, Weiner DK: Mindful-ness meditation for the treatment of chronic low back pain in older adults: a randomized controlled pilot study. Pain 2008;134:310–319.
60 Salamon E, Esch T, Stefano GB: Pain and relaxa-tion (review). Int J Mol Med 2006;18:465–470.
61 Ashiki N, Hayes KC, Shi R: Nitric oxide rever-sibly impairs axonal conduction in guinea pig spinal cord. J Neurotrauma 2006;23:1779–1793.
62 Smith JC: Steps toward a cognitive-behavioral model of relaxation. Biofeedback Self Regul 1988;13:307–329.
63 Smith JC, Amutio A, Anderson JP, Aria LA: Relaxation: mapping an uncharted world. Bio-feedback Self Regul 1996;21:63–90.
64 Smith JC: Psychology of relaxation; in Lehrer PM, Woolfolk RL, Sime WE (eds): Principles and Practice of Stress Management, ed 3. New York, Guilford, 2007, pp 38–52.
65 Classen C: Worlds of Sense. Exploring the Senses in History and Across Cultures. Lon-don, Routledge, 1993.
66 Schandry R: Biologische Psychologie. Wein-heim, Beltz, 2006.
67 Birbaumer N, Schmidt RF: Biologische Psy-chologie, ed 6. Heidelberg, Springer, 2006.
68 Jaenig W: Neuroanatomy and function of car-diovascular afferents; in Vaitl D, Shandry R (eds): From the Heart to the Brain. Frankfurt, Lang, 1995, pp 5–34.
69 Damasio AR, Grabowski TJ, Bechara A, Damasio H, Ponto LLB, Parvizi J, Hichwa RD: Subcortical and cortical brain activity during the feeling of self-generated emotions. Nature Neurosci 2000;3:1049–1056.
70 Damasio AR: Fundamental feelings. Nature 2001;413:781.
71 Craig AD: A new view of pain as homeostatic emotion. Trends Neurosci 2003;26:303–307.
72 Critchley HD: The human cortex responds to an interoceptive challenge. Proc Natl Acad Sci U S A 2004;101:6333–6334.
73 Critchley HD, Wiens S, Rotshtein P, Öhman A, Dolan RJ: Neural systems supporting interoceptive awareness. Nat Neurosci 2004; 7:189–195.
74 Oppenheimer SM, Gelb A, Girvin JP, Hachin-sky VC: Cardiovascular effects of human insular cortex stimulation. Neurology 1992; 42:1727–1732.
75 Koller CM: Der Einsatz von Klängen in pä-dagogischen Arbeitsfeldern. Hamburg, Dr. Kovač, 2007.
76 Ross UH: Klangarbeit als hypnotherapeuti-sche Intervention bei psychischen und psy-chosomatischen Störungen; in Hess P, Koller C (Hrsg): Klangmethoden in der therapeu-tischen Praxis. Schüttdorf, Peter Hess, 2009, pp 148–157.
77 Ehrenberger K, Finkenzeller P, Keidel WD, Plattig KH: Elektrophysiologische Korrelati-on der Stevensschen Potenzfunktion und ob-jektive Schwellenmessung am Vibrationssinn des Menschen. Pflügers Arch 1966;290:114–123.
78 Sato M: Response of Pacinian corpuscles to sinusoidal vibration. J Physiol 1961;159:391–409.
79 Talbot WH, Darian-Smith I, Kornhuber HH, Mountcastle VB: The sense of flutter-vibra-tion: comparison of the human capacity with response patterns of mechanoreceptive affe-rents from the monkey hand. J Neurophysiol 1968;31:301–334.
80 Kunsch K, Kunsch S: Der Mensch in Zahlen. Eine Datensammlung mit 20 000 Einzelwer-ten, ed 3. Stuttgart, Spektrum Akademischer Verlag, 2006.
81 Craig AD: How do you feel? Interoception: the sense of the physiological condition of the body. Nat Rev Neurosci 2002;3:655–666.
82 Craig AD: Interoception: the sense of the phys iological condition of the body. Curr Opin Neurobiol 2003;13:500–505.
83 Bechara A, Naqvi N: Listening to your heart: interoceptive awareness as a gateway to fee-ling. Nat Neurosci 2004;7:102–103.
84 Burton H, Videen TO, Raichle ME: Tactile-vibration-activated foci in the insular and pa-rietal-opercular cortex studied with positron emission tomography: mapping of the second somatosensory area in humans. Somatosens Mot Res 1993;10:297–308.
85 Coghill RC, Talbot JD, Evans AC, Meyer E, Gjedde A, Bushnell MC, Duncan GH: Distrib-uted processing of pain and vibration by the human brain. J Neurosci 1994;14:4095–4108.
86 Ostrowsky K, Magnin M, Ryvlin P, Isnard J, Guenot M, Mauguière F: Representation of pain and somatic sensation in the human insula: a study of responses to direct elec-trical cortical stimulation. Cereb Cortex 2002;12:376–385.
87 Ettlin DA, Zhang H, Lutz K Järmann T, Meier D, Gallo LM, Jäncke L, Palla S: Cortical ac-tivation resulting from painless vibrotactile dental stimulation measured by functional magnetic resonance imaging (fMRI). J Dent Res 2004;83:747–761.
88 Albanese MC, Duerden EG, Bohotin V, Rainville P, Duncan GH: Differential effects of cognitive demands on human cortical activa-tion associated with vibrotactile stimulation. J Neurophysiol 2009;102:1623–1631.
89 Kossak HC: Hypnose. Ein Lehrbuch, ed 2. Weinheim, Beltz, 1993.
90 Standley JM: The effect of vibrotactile and auditory stimuli on perception of comfort, heart rate, and peripheral finger temperature. J Music Ther 1991;28:120–134.
91 Iguchi Y, Hoshi Y, Nemoto M, Taira M, Hashimoto I: Co-activation of the secondary somatosensory and auditory cortices facili-tates frequency discrimination of vibrotactile stimuli. Neuroscience 2007;148:461–472.
92 Yarrow K, Haggard P, Rothwell JC: Vibrotac-tile-auditory interactions are post-perceptual. Perception 2008;37:1114–1130.
93 Ro T, Hsu J, Yasar NE, Elmore LC, Beauchamp MS: Sound enhances touch perception. Exp Brain Res 2009;195:135–143.
94 Caetano G, Jousmäki V: Evidence of vibrotac-tile input to human auditory cortex. Neuroim-age 2006;29:15–28.
95 Pertovaara A: Modification of human pain threshold by specific tactile receptors. Acta Physiol (Scand) 1979;107:339–341.
96 Lundeberg TC: Vibratory stimulation for the alleviation of chronic pain. Acta Physiol Scand Suppl 1983;523:1–51.
97 Zoppi M, Voegelin MR, Signorini M, Zampo-ni A: Pain threshold changes by skin vibratory stimulation in healthy subjects. Acta Physiol Scand 1991;143:439–443.
98 Roy EA, Hollins M, Maixner W: Reduction of TMD pain by high-frequency vibration: a spa-tial and temporal analysis. Pain 2003;101:267–274.
99 Hollins M, Roy EA, Crane SA: Vibratory an-tinociception: effects of vibration amplitude and frequency. J Pain 2003;4:381–391.
100 Kakigi R, Shibasaki H: Mechanisms of pain relief by vibration and movement. J Neurol Neurosurg Psychiatry 1992;55:282–286.
101 Dahlin L, Lund I, Lundeberg T, Molander C: Vibratory stimulation increases the elec-Neuropsychobiologische Aspekte von EntspannungSchweiz Z Ganzheitsmed 2010;22:100–113113tro-cutaneous sensory detection and pain thresholds in women but not in men. BMC Compl Altern Med 2006;6:20–26.
102 Inui K, Tsuji T, Kakigi R: Temporal analy-sis of cortical mechanisms for pain relief by tactile stimuli in humans. Cereb Cortex 2006;16:355–365.
103 Starr CJ, Sawaki L, Wittenberg GF, Burdette JH, Oshiro Y, Quevedo AS, Coghill RC: Roles of the insular cortex in the modulation of pain: insights from brain lesions. J Neurosci 2009;29:2684–2694.
104 Craig AD: How do you feel – now? The anterior insula and human awareness. Nat Rev Neurosci 2009;10:59–70.
105 Critchley HD, Melmed RN, Featherstone E, Mathias CJ, Dolan RJ: Brain activity during biofeedback relaxation. A functional neuro-ima ging investigation. Brain 2001;124:1003–1012. 106 Waldrop TG, Iwamoto GA: Neurons in the insular cortex are responsive to muscular contraction and have sympathetic and/or cardiac-related discharge. Soc Neurosci Abstr 1994;20:1370.107 Williamson JW, McColl R, Mathews D: Evidence for central command activation of the human insular cortex during exercise. J Appl Physiol 2003;94:1726–1734.108 Williamson JW, McColl R, Mathews D, Mitchell JH, Raven PB, Morgan WP: Hyp-notic manipulation of eff ort sense during dy-namic exercise: cardiovascular responses and brain activation. J Appl Physiol 2001;90:1392–1399.109 Rainville P, Hofb auer RK, Bushnell MC, Duncan GH, Price DD: Hypnosis modulates activity in brain structures involved in the regulation of consciousness. J Cogn Neurosci 2002;14:887–901.110 Faymonville ME, Roediger L, Del Fiore G, Delgueldre C, Phillips C, Lamy M, Luxen A, Maquet P, Laureys S: Increased cerebral func-tional connectivity underlying the antinoci-ceptive eff ects of hypnosis. Cogn Brain Res 2003;17:255–262.
111 Caria A, Veit R, Sitaram R, Lotze M, Weiskopf N, Grodd W, Bierbaumer N: Regulation of an-terior insular cortex activity using real-time fMRI. Neuroimage 2007;35:1238–1246.
112 Mehling WE, Gopisetty V, Daubenmier J, Price CJ, Hecht FM, Stewart A: Body aware-ness: construct and self-report measures. PloS One 2009;4:e5614.
113 Modinos G, Ormel J, Aleman A: Activation of the anterior insula during self-refl ection. PloS One 2009;4:e4618.
114 Bassin FV, Platonov KK: Verborgene Reserven des höheren Nervensystems. Stuttgart, Hippo-krates, 1973.
115 Siegel DJ: Mindfulness training and neural integration: diff erentiation of distinct streams of awareness and the cultivation of well-being. Soc Cogn Aff ect Neurosci 2007;2:259–263.116 Siegel DJ: Das achtsame Gehirn. Freiburg, Arbor, 2007

X
Share via
Copy link
Powered by Social Snap